Go to Top

Qualité

Si le coût d’une bonne traduction peut sembler élevé, celui d’une mauvaise traduction l’est plus encore. Malheureusement, la plupart des personnes ayant besoin d’une traduction ne peuvent pas eux-même juger de la qualité du produit fini. Après tout, c’est peut-être bien pour cela qu’ils ont besoin d’un traducteur !

Chez Vis Verborum, la qualité est un réel engagement car c’est elle qui donne de la valeur à mon travail. Plus de clients satisfaits qui me recontactent, c’est moins de temps et d’argent que je dois dédier au marketing. La route vers une traduction de qualité passe par trois étapes :

  1. Quel est votre but? Passer un peu de temps en début de projet à définir les objectifs que la traduction vise à atteindre augmentera considérablement vos chance d’être satisfait du produit final tout en diminuant celles de faire des dépenses inutiles;
  2. Qui s’occupe de votre traduction. Chez Vis Verborum, c’est moi qui m’occupe de toutes les traductions sauf accord préalable, auquel cas je vous transmettrai l’identité du traducteur pour que, dans les limite de la loi Informatique et Libertés, vous puissiez vérifier ses qualifications dans les annuaires en ligne professionnels. Je ne travaille qu’avec des traducteurs qualifiés selon les normes ISO 17100 et vérifie lesdites qualifications pour que – à moins que vous ne le souhaitiez – vous n’ayez pas à le faire vous-même. Si votre agence de traduction actuelle ne vous dit pas qui s’occupe réellement de vos traduction, il est peut-être temps d’en changer.
  3. Faites vérifier vos traductions. Toutes les traductions effectuées chez Vis Verborum (sauf celles effectuées pour des agences*) sont révisées par un second traducteur conformément aux normes ISO 17100. Deux paires d’yeux valent mieux qu’une et sont le meilleur moyen d’éviter des erreurs grossières qui pourraient sinon passer d’abord inaperçues.

*Remarque: si vous êtes une agence ou un autre traducteur, je n’organiserai une relecture EN15038 que si vous me le demandez expressément. Je considère qu’il vous échoit de faire procéder à cette relecture en contrepartie de la marge que vous ajoutez à mes honoraires lorsque vous facturez votre client.